ETAP: Toutes les actualités
Français
||
Espace privé

Actualités


ETAP

Prolongation de la durée d'exploitation des concessions Baguel et Franig

 Le Jeudi 23 Juin 2016, L'ARP a adopté les projets de lois relatifs à la prolongation de la durée d'exploitation des concessions Baguel et Franig issues des permis "Medenine" et "Douz"

 

 

ETAP

AVIS D'APPEL D'OFFRES INTERNATIONAL N° 01/2018 : Construction d'une unité de traitement de gaz à Tataouine PROJET GAZ TATAOUINE

 

Dans le cadre du Projet Gas Tataouine TGP, L’Entreprise Tunisienne d’Activités Pétrolières (ETAP), se propose de lancer le présent appel d’offres international pour la réalisation d’une unité de traitement de gaz naturel à Tataouine. Cette unité est la deuxième composante d’un projet qui comporte :

 

 

-Un pipeline de 12 pouces d’export de gaz humide d’une longueur de 94 km, branché au point kilométrique 228 du gazoduc de Nawara-Gabès (de 24 pouces) jusqu’à l’unité de traitement de gaz de Tataouine.

-Une unité de traitement de gaz d’une capacité de 0,6 MMSCMD (millions de standard mètres cubes) à Tataouine qui produira du gaz naturel, du GPL et des condensats,

- Et une unité de mise en bouteilles de GPL à Tataouine.

 

Le présent appel d’offre fera l’objet des travaux de réalisation de l’unité de traitement de gaz (GTP-T) qui sera attribué à un contractant sous forme d’un contrat clé en main (Etude, conception, fourniture, fabrication, construction et mise en service).

 

Résultat attendus de l’unité de traitement :

 

L’unité de traitement a pour objectif de produire :

 

a) Du Gaz commercial

b) Du Propane et butane, permettant d’alimenter le marché local en GPL

c) Des Condensats

 

Activités requises pour réaliser le projet :

 

Les activités à assurer par le contractant seront essentiellement : 

 

-La gestion du projet

-L’étude d’ingénierie

-La réalisation des achats et de l’approvisionnement

-La réalisation des travaux de fabrication et de construction

-La réalisation des travaux de Mise en service et Test de performance

-La Formation du personnel pour l’exploitation

 

Les entreprises intéressées par cet appel d’offres sont tenues, sous peine de nullité, de retirer le cahier des charges disponible au bureau d’Ordre Central de l’ETAP, du Lundi au Vendredi de 8h00 à 17h00 heure de Tunis, en contrepartie du paiement en espèces de la somme de Mille dinars (1 000 TND ), soit eux même soit par l’intermédiaire de leurs mandataires légalement désignés, et ce à compter de la publication du présent avis au siège de l’ETAP sis au 54, Avenue Mohamed V 1073 Tunis-Montplaisir Tunis.  

 

Les offres seront présentées comme suit :

 

L’offre technique et l’offre financière doivent être présentées dans deux enveloppes différentes fermées et scellées ; les deux enveloppes doivent être mises dans une enveloppe extérieure fermée et scellé, indiquant uniquement la référence de l’appel d’offres et son objet et comportant aussi la caution provisoire et les pièces administratives.  

 

Le cautionnement provisoire ou (une caution personnelle et solidaire) d’un montant égal à un million cinq cents mille dinars tunisien (1 500 000 TND) conforme au modèle joint en (Annexe 3) du Cahier des Conditions de l’Appel Offres (CCAO) La caution bancaire provisoire doit être valable durant tout le délai de validité de l’offre, condition sine qua non de l’acceptation de celle-ci. Elle doit être exprimée en dinars tunisiens et délivrée par un établissement installé en Tunisie et soumis au droit tunisien.

 

 Les offres doivent être obligatoirement envoyées sous plis fermés par poste recommandée ou par Rapide –post ou déposées directement au bureau d’ordre central en contrepartie d’une décharge, et ce, à l’adresse ci-dessus mentionnée et au plus tard le 19/06/2018 à 10h00 min (cachet BOC de l’ETAP fait foi).

La séance d’ouverture des plis est publique. Elle est prévue le 19/06/2018 à 10h15 min au siège de l’ETAP, dans la grande salle au RDC, à l’adresse ci-dessus mentionnée.

 

L’ETAP n’assume aucune responsabilité de la perte ou de l’ouverture de toute enveloppe extérieure si elle n’est pas fermée ou si elle ne contient pas la référence de l’appel d’offres et la mention « Ne pas ouvrir ».

 

Les offres soumises à l’ETAP resteront valables durant cent vingt (120) jours à compter du lendemain de la date limite prévue de réception des offres.

 

 

ETAP

RESUME DE L'ACTION RSE KASSERINE DU 21-22/03/2018

 

Dans le cadre de sa politique de responsabilité sociale, ETAP a entrepris une action communautaire en faveur des élèves de l'école primaire Ouled Ahmed de Thélepte (Feriana, Kasserine) du 21 au 22 mars 2018 pendant les vacances scolaires de printemps.

 

Une excursion touristique à Sousse a été organisée avec un programme culturel et éducatif adapté pour les 189 élèves de l'école de Ouled Yahia encadrés par 11 cadres de leur école (Directeur et Enseignants). 

 

Une équipe ETAP a été mobilisée pour veiller au bon déroulement et la réussite de cette excursion. Quatre bus touristiques ont été mobilisés pour le départ de Thélepte le 21 mars 2018 vers la ville de Sousse où un tour de la Médina a permis aux élèves de découvrir le patrimoine artisanal et culturel, puis en fin de journée une visite au bord de la mer de Sousse. En soirée, une animation dédiée a été organisée à l'hôtel avec des activités de divertissement de groupe. La journée du 22 mars a été consacrée à la visite du parc Friguia avec toutes ses attractions où les enfants ont découvert le monde animalier et la nature. C'est avec des étoiles plein les yeux que les enfants ont repris en après-midi la route de Thélepte.

En effet, les participants et les habitants ont vivement salué ce geste et l'engagement accordé par notre entreprise à l'enfance de la région de Thélpte ainsi que l'impact direct qu'elle apporte à leur développement éducatif et culturel. 

 

Pour rappel, ETAP entreprend depuis le 28 février 2018 les activités d'un deuxième forage d'exploration KB-2 situé dans cette région, sur le permis Nord des Chotts où elle est opérateur.

 

 

 

ETAP

JOINT OIL: RECHERCHE DES COMPAGNIES POUR DEVELOPPER LE CHAMP ZARAT

 

 

Offshore de la Tunisie et de la Libye : Gisement Zarat et le Permis Joint Oil

 

Une opportunité de prendre l’operating dans l’Exploration & le Développement

 

Le Permis Joint Oil couvre 3055 Km2; La profondeur de l'eau est comprise entre 80 et 120 m. Cinq (5) puits ont été forés dans le permis. Des données sismiques sont disponibles dans le permis: 6500 km de données sismiques 2D ont été acquises en plus de 1900 Km² de données sismiques 3D. Pour plus d'informations, visitez le site Web de Beicip http://jointoilblock-zarat.com/

 

 

ETAP

ETAP acquiert les intérêts de l'entreprises suédoise PA Resources

 

L'Entreprise tunisienne d'activités pétrolières (ETAP) a l'honneur d’annoncer l’opération d'aquisition des intérêts de son partenaire Pa Resources sur ses Titres d'hydrocarbures en Tunisie en l'occurrence ses droits et obligations dans quatre Concessions Didon (100%), Douleb (70%), Tamsmida (95%) Sammama (70%) et quatre Permis de recherches Zarat (45%), Jelma (35%) Makthar (50%) Jinene Centre (35%).

 

Le contrat a été signé, vendredi 06 mai 2016, par Mohamed Akrout, PDG de l'ETAP et Mark Mc Allister pour le compte de PA Resources, au cours d'une cérémonie en présence de Monsieurs, Mongi Marzoug, ministre de l’Energie et des Mines, Zakaria Hamad, ministre de l’Industrie, et de Ridha Ben Mosbeh, ministre chargé des Dossiers économiques auprès du chef du gouvernemen.

 

Cette opération constitue une première concrétisation de la nouvelle stratégie de l'ETAP qui va permettre de sécuriser de nouvelles réserves nationales et d'engager l'ETAP dans le rôle d'opérateur de production.  

 

 La consolidation des efforts de l'ETAP, de l'Autorité de Tutelle et de la Présidence du Gouvernement a permis la concrétisation de cet acquis.

 

Vous trouverez ci-joint le communiqué national adressé à toute la de presse Tunisienne.  

 

 

ETAP

AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL N° 07/2018 : « Pose de pipelines Projet de gaz Tataouine »

 

L’Entreprise Tunisienne d’Activités Pétrolières (ETAP), se propose de lancer le présent appel d’offres national pour la pose de 94 km pipeline 12" faisant partie du projet Gaz de Tataouine. 

 

La participation à l’appel d’offres est ouverte à toute personne physique ou morale ayant de l’expérience dans la pose des pipelines de gaz selon NT 109.01 ou ASME B31.8, justifiée par des références techniques et financières suffisantes et ayant l’Agrément VRD2- Catégorie 5 en cours de validité (copie certifiée conforme) tel que spécifié dans le dossier de l’appel d’offres.

 

Les entreprises intéressées par cet appel d’offres sont tenues, sous peine de nullité, de retirer le cahier des charges disponible au bureau d’Ordre Central de l’ETAP en contrepartie du paiement en espèces de la somme de 300 dinars, soit eux même soit par l’intermédiaire de leurs mandataires légalement désignés, et ce à compter de la publication du présent avis au siège de l’ETAP sis au 54, Avenue Mohamed V 1073 Tunis-Montplaisir TUNSIE.

 

Les offres seront présentées comme suit : l’offre technique et l’offre financière doivent être présentées dans deux enveloppes différentes fermées et scellées ; les deux enveloppes doivent être mises dans une enveloppe extérieure fermée et scellé, indiquant uniquement la référence de l’appel d’offres et son objet et comportant aussi la caution provisoire et les pièces administratives.

 

Est rejetée, toute offre ne répondant pas aux conditions du cahier des charges, à la réglementation des marchés publics en vigueur, ou parvenue à l’ETAP après la date du 27/04/2018 à 9h 45 min (le cachet du BOC de l’ETAP faisant foi).

 

La séance d’ouverture des plis est publique. Elle est prévue le 27/04/2018 à 10 h 00 min au siège de l’ETAP, à la salle de réunions au 7éme étages, à l’adresse ci-dessus mentionnée.  

 

Une caution bancaire provisoire (cautionnement de soumission) à sa première demande de soumission conforme au modèle joint en (Annexe 1) du Cahier des Conditions de l’Appel Offres (CCAO) d’un montant de trois cents mille (300.000) Dinars Tunisien. 

 

La caution bancaire provisoire doit être valable durant tout le délai de validité de l’offre, condition sine qua non de l’acceptation de celle-ci. Elle doit être exprimée en Dinars Tunisiens et délivrée par un établissement installé en Tunisie et soumis au droit tunisien.  

 

L’ETAP n’assume aucune responsabilité de la perte ou de l’ouverture de toute enveloppe extérieure si elle n’est pas fermée ou si elle ne contient pas la référence de l’appel d’offres et la mention « Ne pas ouvrir ». 

 

  Les offres soumises à l’ETAP resteront valables durant cent vingt (120) jours à compter du lendemain de la date limite prévue de réception des offres.

 

 

ETAP

Tenu de la commission tuniso-algérienne( webmanagercenter: 26/02/2018)

Des accords dans les domaines des hydrocarbures, du gaz, des énergies renouvelables et des interconnexions électriques ont été convenus entre la Tunisie et l’Algérie, à l’occasion de la réunion de la commission mixte tuniso-algérienne de l’énergie tenue, mardi, à Tunis, a annoncé le ministre de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables, Khaled Kaddour.

 

 

 

“Ces accords ont concerné la programmation de projets dans les énergies renouvelables et l’examen, pour les prochaines années, de contrats d’acquisition du gaz naturel, selon une approche gagnant -gagnant “

 

 

“Les pourparlers entre les deux parties ont évoqué, aussi, les nouvelles prospections, dans la mer et au Sud tunisien (Mahdia et Kébili), menées par la société pétrolière Numhyd, détenue et gérée conjointement par la société algérienne Sonatrach (Société nationale pour la recherche, la production, le transport, la transformation et la commercialisation des hydrocarbures) et l’Entreprise tunisienne d’activités pétrolières (ETAP), a relevé Kaddour.

 

 

ETAP

Démarrage du Forage KB-2 de l'ETAP

La Direction Operating des Champs a annoncé le démarrage du Forage Jbel Kebir -2 (KB-2) et ce dans le cadre des activités d'exploration de l'ETAP sur le Permis Nord Des Chotts. Il s'agit d'un puits vertical qui devrait atteindre une profondeur totale de 1800 m pour explorer le réservoir Vraconien F2B, comme objectif principal et le réservoir Serj comme objectif secondaire. La durée des travaux planifiés pour ce forage est estimée à un mois et demi.

L'équipe projet est composée exclusivement par les compétences internes de l'ETAP et mobilisée en permanence pour réussir ce forage.

 

 

ETAP

Interview de Mr. Moncef Matoussi, PDG de l'ETAP (L'economiste maghrebin N°729-730 édition 2018)

 

 

Les cheveux grisonnants, mais l’allure terriblement juvénile, Moncef Matoussi est l’incarnation même de cette nouvelle génération de PDG d’entreprise publiques au talent sûr et aux compétences professionnelles indéniables.

 

A la tête de notre fleuron national l’ETAP, il met toute sa connaissance du métier et du secteur, toute sa force de conviction et ses qualités managériales pour restaurer l’aura et la crédibilité de cette entreprise qui fut depuis sa création, qui remonte aux premières années de l’indépendance, la figure de proue des entreprises nationales. Ancien d’HEC, il a fait ses classes et connu une brillante carrière dans le secteur pétrolier publique.

 

Le carburant coule dans ses veines. Autant dire qu’il en prend le plus grand soin. Au commencement l’ETAP avant de présider, au terme d’une longue chevauchée qui le mena jusqu’en Mauritanie, aux destinées de la SNDP au plus fort des répliques sismiques post-2011.

 

Et de nouveau en 2017 l’ETAP ballottée, elle aussi, par le tourbillon du souffle révolutionnaire.

 

L’ETAP, devenue la faveur de l’explosion des libertés et du déferlement de la contestation populaire, le réceptacle de tous les espoirs des régions privées de ressources et de moyens de développement, était dans le collimateur d’agitateurs qui voulaient l’instrumentaliser à des fins de politique paulicienne au risque de porter atteinte à toute l’activité pétrolière. Il fallait conjurer ce danger et préserver l’Etat du jeu politique de quelque nature qu’il soit. Car derrière cette institution très républicaine, il y a l’entreprise dont l’activité pétrolière est si vitale pour la pérennité de l’équilibre économique et social. Il y a en effet l’entreprise soumise aux exigences «économiques et financière et à l’impératif social.

 

Moncef Matoussi, au parcours exemplaire gestionnaire consacré et grand commis de l’Etat, a tous les attributs pour concilier vision, efficacité économique et justice sociale. Il n’aura pas assez du soutien du personnel acquis à la cause de l’entreprise pour surmonter difficultés, obstacles et appréhensions d’où qu’ils viennent et redonner un nouveau souffle à cette entreprise porte-étendard de l’expertise nationale qui a en charge l’avenir de l’activité pétrolière.

 

L'année a-t-elle mieux fini qu'elle n'a commencé pour I'ETAP, sachant que le secteur pétrolier a été fortement perturbé par des mouvements sociaux ?

 

L'année 2017 a été essentiellement marquée par les mouvements sociaux, qui ont duré environ 4 mois, déclenchés dans le sud tunisien, précisément à Tataouine et Kebili. Ils ont entrainé l'arrêt de la production de tous les gisements situés dans cette région. Il est important de rappeler que la production de Tataouine et Kebili représente 46% de la production nationale de pétrole et 27% de la production nationale de gaz.

 

En plus de cet arrêt de la production, ces mouvements ont conduit à la suspension du projet de développement du gisement gazier de Nawara et l'évacuation en urgence de 700 employés- dans des conditions extrêmes. Evidemment, cela a été un coup dur pour le secteur, pour nos partenaires et surtout pour l'Etat, avec des pertes de l'ordre de 300 millions DT suite à l'arrêt de la production, sans compter l'impact sur le projet Nawara qui risque d'être lourd.

 

Les négociations engagées par le gouvernement avec les manifestants ont permis de conclure des accords qui ont mis fin à ces mouvements et ont permis de reprendre la production durant le mois d'août 2017. Ainsi, je puis vous dire que l'année 2017 a fini mieux qu'elle n'a commencé et la production nationale de pétrole s'établit actuellement à 45000 barils par jour (fin octobre 2017).

 

Quels sont le rôle et la place de I'ETAP dans l'activité pétrolière ? Quel est son apport à l'économie ?

 

L'ETAP est une entreprise publique qui compte dans ses rangs les meilleures compétences et expertises techniques du pays dans le domaine de l'exploration-production d e s hydrocarbures. L'ETAP a pour rôle de:

 

- Gérer les participations sur les concessions d'exploitation des hydrocarbures,

- Promouvoir l'exploration en Tunisie et attirer les investisseurs,

 

Actuellement, avec l'amélioration de la conjoncture mondiale et la mise en conformité du code des hydrocarbures avec la nouvelle Constitution, les investissements seront de retour en Tunisie, les activités d'exploration eprendront progressivement et nous pouvons assister à la réalisation de nouvelles découvertes pétrolières et gazières dans le sous-sol tunisien.

 

- Renouveler les réserves en hydrocarbures du pays,

- Contrôler et suivre les activités de recherche, de développement et d' exploitation conduit s par nos partenaires sur les permis et concessions,

- Elaborer avec la tutelle la stratégie nationale dans le domaine de l'exploration-production des hydrocarbures,

- Conserver le patrimoine national en matière de données et d'archives techniques,

- Former les cadres dans l'industrie pétrolière pour répondre aux besoins du secteur.

 

L'ETAP occupe une place importante dans le secteur des hydrocarbures, puisqu'elle détient des participations dans la majorité des gisements en production et se trouve associée dans tous les permis de recherche en Tunisie.

 

Son apport à l'économie nationale est important, à travers la part de production qui lui revient, représentant environ les deux tiers de la production nationale, si l'on prend en considération les quantités collectées pour le compte de l'Etat au titre de la redevance proportionnelle à la production et au titre du marché local.

 

En raison des fonctions qui sont les siennes, I'ETAP contribue dans les recettes de l'Etat provenant du secteur pétrolier à raison de 50% environ. Ces recettes, qui étaient de l'ordre de 3 milliards de dinars en 2012, ont baissé considérablement ces dernières années à cause de la chute de la production nationale et celle du prix du baril pour s'établir à moins de 1milliard de dinars en 2016.

 

Il convient également de rappeler l'importance des investissements directs étrangers (IDE) qu'attire le secteur énergétique pour l'économie nationale, puisqu'il est classé premier secteur drainant les IDE en Tunisie, avec une proportion supérieure à 50%.

 

L'ETAP figure parmi les fleurons de nos entreprises. A bien des égards, elle constitue même une figure emblématique et le symbole de réussite du pays. On la sent, pour le moins, un peu en retrait ces derniers temps. Serait-ce en raison du recul de l'activité ?

 

L'ETAP, il est vrai, est un des fleurons du secteur de l'énergie, aux côtés de la STEG, la SNDP et la STIR et même l'une des meilleures entreprises nationales, compte tenu de son taux d'encadrement élevé et de ses résultats financiers positifs, malgré toutes les difficultés rencontrées, sachant qu'elle opère dans un secteur hautement stratégique, en partenariat avec des sociétés étrangères de renommée internationale.

 

Il est vrai que ces dernières années, le secteur a connu un recul important à tous les niveaux, en raison de plusieurs facteurs. Tout d'abord, l'article 13 de la nouvelle Constitution ayant bloqué la procédure d'octroi des permis de recherche et par conséquent l'activité d'exploration, indispensable pour le renouvellement des réserves. En deuxième lieu, les campagnes de dénigrement à l'égard de l'industrie pétrolière ayant diffusé des contre­ vérités et terni l'image du secteur aux yeux des citoyens non avertis, et même à l'étranger, causant des dommages importants. En troisième lieu, la chute des prix du pétrole ayant réduit les investissements dans le domaine pétrolier partout dans le monde de l'ordre de 40% pendant la période 2014-2016.

 

Il est clair que plusieurs facteurs entrent en jeu pour favoriser la prospérité du secteur énergétique dont les primordiaux demeurent la sécurité et la paix sociale. Actuellement, avec l'amélioration de la conjoncture mondiale et la mise en conformité du code des hydrocarbures avec la nouvelle Constitution, les investissements seront de retour en Tunisie, les activités d'exploration reprendront progressivement et nous pouvons assister à la réalisation de nouvelles découvertes pétrolières et gazières dans le sous-sol tunisien.

 

La présence de compagnies pétrolières opérant en Tunisie a suscité de vives polémiques. L'ETAP elle-même n'a pas été épargnée. Pourtant, le code des hydrocarbures en Tunisie est l'un des meilleurs au monde et tout à l'avantage de la Tunisie, sans qu'elle dispose d'énormes réserves pétrolières.

 

La nouvelle loi sur les prospections qui stipule l'accord préalable de l'ARP est­ elle de nature à encourager la prospection pétrolière ?

 

Contrairement aux polémiques véhiculées à tort, la présence des compagnies pétrolières étrangères en Tunisie, et partout dans les pays producteurs, est un bon indicateur pour le développement du secteur pétrolier à la faveur de l'économie nationale (flux d'IDE drainé et amélioration des réserves en devises du pays).

 

Il faut savoir que le secteur des hydrocarbures e s requiert des investissements lourds, avec un risque très élevé, sachant que les chances de découverte pétrolière en Tunisie sont de l’ordre de 10%.

 

A l'issue de cet amendement du code des hydrocarbures, deux permis de recherche ont été déjà attribués en 2017 et huit autres sont en cours de traitement.

 

Dans le cadre de ses ambitions de devenir opérateur, I'ETAP a récemment réalisé une campagne sismique dans la région de Chaal (Sfax) et se prépare pour le démarrage du forage d'un deuxième puits d'exploration dans le centre ouest de la Tunisie. En plus, I'ETAP est en train de conduire le projet gazier à Tataouine et se prépare pour le développement du champ Zarat. D'ailleurs, une mission d'assistance technique de la Banque mondiale est actuellement en cours, portant sur plusieurs axes, dont notamment la restructuration et le renforcement de I'ETAP dans son rôle d'opérateur.

 

Récemment, l'amendement du c ode des hydro car bures pour s a mise en conformité avec la nouvelle Constitution, a prévu l'accord préalable de l'Assemblée des représentants du peuple, dans l'octroi des permis de recherche. Il faut toutefois souligner l'importance du facteur temps dans la prise de décision des investisseurs ayant choisi la Tunisie, afin de prévenir d'éventuels goulots d'étranglement. A l'issue de cet amendement du code des hydrocarbures, deux permis de recherche ont été déjà attribués en 2017 et huit autres sont en cours de traitement.

 

On entend dire, ici ou là, que le pays dispose d'énormes réserves pétrolières. Qu'en est-il au juste? Quelles sont nos réserves en pétrole et en gaz ? Qu'est-ce qui est exploitable ?

 

Comment a évolué la production ces dernières années ?

 

 

Pour être clair, la Tunisie, hélas, n'est ni la Libye, ni l'Algérie. Certainement, le pays dispose de ressources en hydrocarbures, mais la taille des gisements découverts à ce jour demeure limitée et le potentiel pétrolier est relativement faible.

 

Nos réserves nationales initiales à la tin 2016 sont estimées à 420 MTEP, dont environ 300 MTEP ont été déjà produites et 120 MTEP restent à produire, sans compter le potentiel encore présent dans le sous-sol tunisien et qui reste à explorer. A ce titre, nous citons l'exemple du nord offshore qui demeure inexploré à ce jour : aucun puits n'y a été foré et seulement quelques campagnes sismiques y ont été réalisées.

 

Quant à l'évolution de la production, nous avons assisté ces dernières années à une chute import ante, essentiellement due aux mouvements sociaux, aux retards dans la réalisation des travaux et au déclin naturel des champs. Nous rappelons que la production nationale était de l'ordre de 77000 barils par jour en 2010 et a baissé pour s'établir actuellement à 45000 b/j.

 

Quelle est la part des recettes qui revient à l'Etat?

 

La rente pétrolière revenant à l'Etat tunisien (y compris I'ETAP) est entre 75 et 80% provenant :

 

-Des impôts pétroliers dont le taux varie entre 50 et 75% des bénéfices réalisés par les sociétés pétrolières ;

- De la redevance proportionnelle à la production, dont le taux varie entre 2 et 15% de la production ;

- Des bénéfices réalisés par I'ETAP ;

- Des gains réalisés sur les quantités perçues au titre du marché local. En effet, chaque producteur doit vendre à l'Etat tunisien 20% de la production à un prix réduit de 10% par rapport au prix international.

 

Il en ressort que la Tunisie perçoit une part assez élevée, en comparaison de son potentiel pétrolier relativement faible.

 

Les compagnies pétrolières présentes en Tunisie ont été le théâtre de vives revendications sociales et sociétales. Certaines ont dû se désengager, d'autres menacent de se retirer. Pouvez­ vous nous dire aujourd'hui dans quel état d'esprit elles sont ?

 

Il est clair que notre secteur vit une crise profonde due aux revendications et aux mouvements sociaux. Maintenir les opérateurs et poursuivre les activités, cela relève du vrai défi aujourd'hui. Malheureusement , nous passons une bonne partie de notre temps à gérer les menaces de sit-in ou les revendications sociales, qui éclatent ici et là dans nos sphères d'opération. Ces crises sont gérées aux dépens de notre réelle mission, celle de veiller à la sécurité énergétique du pays et au renouvellement des réserves pétrolières et gazières.

 

A l'occasion, nous saluons la compréhension de nos partenaires concernant la conjoncture sociale délicate et leurs efforts d'investir et de poursuivre les activités de production et d'exploration. De même, nous apprécions les efforts fournis pour sécuriser les sites de production, en étroite collaboration avec le ministère de tutelle et le ministère de la Défense nationale.

 

Quid de la RSE ?

 

Notre entreprise, avec le soutien de ses partenaires, place la responsabilité sociétale au cœur de ses activités et veille à l'intégration locale en favorisant le dialogue avec les différentes parties prenantes.

 

Comment se fait-il et pour quelles raisons, on note l'absence du sol tunisien des grands majors : EXXON, Total, Shell...

 

Tout d'abord, Shell est revenue en Tunisie depuis l'acquisition des intérêts de BG. De même, ENI, une des majors, est un partenaire historique pour la Tunisie, qui continue à investir aussi bien dans l'exploration que dans la production. Toutefois, la taille limitée de nos gisements et la faiblesse de notre potentiel pétrolier sont les causes essentielles de l'absence des autres majors, qui s'orientent plutôt vers les pays .à grand potentiel pétrolier.

 

Comment se fait-il que I'ETAP, qui a une longue expertise en matière de recherche, de prospection et d'exploitation pétrolières, n'ait pas cherché à s'internationaliser, à l'instar d'autres compagnies de pays émergents ?

 

La production nationale était de l'ordre de 77000 barils par jour en 2010 et a baissé pour s'établir actuellement à 45000 b/j.

 

La rente pétrolière revenant à l'Etat tunisien (y compris l'ETAP) est entre 75 et 80%

 

L' ETAP, à l'international, fait essentiellement partie de notre stratégie pour accomplir au mieux notre mission et multiplier nos réserves.

 

Les récentes découvertes réalisées sur le continent africain sont un facteur fort encourageant. Dans ce cadre, nous travaillons sur cet axe stratégique pour exporter et mettre en place des partenariats, notamment avec les NOCs des pays africains, à l'instar des sociétés Joint Oil, créée avec notre partenaire libyen NOC, et la société Numhyd, créée avec notre partenaire algérien la SONATRACH afin de fructifier les relations sud-sud et promouvoir la coopération dans le secteur pétrolier.

 

Le gaz de schiste ... Jusqu'à quand va durer l'attente, alors qu'à quelques encablures de nous, dans la pointe sud du pays, nos voisins sont déjà à pied d'œuvre ? Nos craintes sont-elles fondées?

 

Pour les hydrocarbures non conventionnels, vu le fort potentiel estimé notamment dans le sud tunisien par une étude américaine, notre politique se concentre actuellement sur l'étude et l'évaluation des impacts sur l'environnement d'une telle exploitation avec un bureau d'études spécialisé et des experts tunisiens, en étroite concertation avec notre ministère de tutelle et celui responsable de la sauvegarde de l'environnement.

 

Un message?

 

Mon message s'adresse tout d'abord au personnel de I'ETAP, pour l'inciter à multiplier les efforts et relever les défis de la période tels que l'operating, l'international, l'augmentation de la production et l'accélération des activités d'exploration.

 

Egalement, nous comptons sur l'engagement de nos partenaires nationaux et internationaux pour relancer les activités d'exploration et augmenter la production dans les prochaines années.

 

Il faut absolument souligner que I'ETAP doit se concentrer sur son rôle principal, à savoir l 'exploration­ production des hydrocarbures. Son implication dans des dossiers qui ne relèvent pas de sa compétence, comme les sociétés de l'environnement, risque de disperser ses efforts et de la désorienter de sa mission principale, en plus de l'impact financier lourd qui risquerait de mettre en péril les équilibres financiers de notre entreprise et de la mettre en défaut vis-à-vis de ses bailleurs de fonds.

 

Nous soulignons notre engagement en matière de transparence et de bonne gouvernance. En effet, la Tunisie a décidé récemment d'adhérer aux principes de la Transparence dans les Industries Extractives. Ainsi, un comité multipartite a été constitué, regroupant des représentants du gouvernement, des sociétés pétrolières privées et de la société civile, afin de superviser la mise en œuvre de ces principes

 

Propos recueillis

par: Hédi Ben Salah

 

Source: L'economiste maghrebin N°729-730 édition 2018

 

 

ETAP

Khaled Kaddour: Mes cinq objectifs pour 2018 (Leaders 10.02.2018)

 

L’année 2018 sera décisive pour Khaled Kaddour. Rappelé à Tunis en septembre dernier, après avoir occupé de hautes fonctions au sein du groupe italien ENI à Milan, Dubaï, Bassorah et Alger, pour être nommé à la tête du ministère de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, il était certes réinjecté dans son milieu naturel, mais devait faire face à de nouveaux défis dans de nouveaux contextes. Pour cet ancien directeur général de l’énergie et P.D.G. de la Sitep, la vision est claire. Cinq objectifs prioritaires sont à atteindre durant l’année qui commence. Eclairages.

 

«L’année 2018, confie Khaled Kaddour, devrait être marquée par le lancement effectif de la production des énergies renouvelables, l’amélioration de l’efficience énergétique, la reprise de la production de phosphate, l’accroissement de la production d’hydrocarbures et le renforcement de la gouvernance du secteur de l’énergie et des mines. A lui seul, chacun de ces cinq objectifs constitue un grand défi que nous devons relever dans une intensive conjugaison d’efforts.»

 

Cliquez ici pour lire l'article complet